RD Congo : le Cardinal Ambongo devant la presse congolaise

Le Cardinal Fridolin Ambongo Besungu a expliqué à la presse congolaise le sens de son cardinalat au cours d’une conférence de presse à Kinshasa, en République démocratique du Congo.

Camille Mukoso, SJ (et Jean-Baptiste Malenge, OMI) – Cité du Vatican

Le Cardinal Fridolin Ambongo Besungu a été présenté mardi 12 novembre 2019 à la presse congolaise, à Kinshasa, lors d’une conférence de presse au cours de laquelle il a défini sa mission en tant que Cardinal de l’Eglise du Congo, mais aussi de l’Eglise universelle, insistant sur son rôle de conseiller du Pape et auprès des autorités congolaises.

Le cardinalat, sa signification et sa mission

L’archevêque de Kinshasa a, tout d’abord, expliqué qu’il n’était ni cardinal du Congo, moins encore cardinal de Kinshasa, comme d’aucuns le disent. Il est, a-t-il précisé, « cardinal de la Sainte Eglise Catholique Romaine ». A ce titre, il appartient à la Cité du Vatican et est incardiné dans le diocèse de Rome, même s’il demeure capucin et membre du clergé de Kinshasa, en raison de sa mission comme archevêque métropolitain de Kinshasa. Le cardinal Ambongo a ensuite indiqué qu’il appartenait à l’ordre de cardinaux prêtres, et à ce titre, il lui a été confié, par le Saint-Père, la paroisse Saint Gabriel Archange à Rome.

Par ailleurs, il a souligné qu’un cardinal est un conseiller du Pape. Il aide celui-ci à réaliser sa mission de gouverner l’Eglise Universelle. En tant que tel, un cardinal ne peut faire fi de tout ce qui va aux antipodes de l’Evangile ou qui diminue l’importance de la foi et de l’Eglise. C’est à cet égard que l’on peut comprendre, renchérit-il, la couleur rouge pourpre d’un cardinal, qui traduit son fiat à l’engagement pour la cause de l’Evangile et de l’Eglise, même au prix de sa vie.

Les défis de la mission : Tout pour tous

Le nouveau cardinal a en outre signalé qu’il plaçait son cardinalat sous le signe de la réconciliation et du rassemblement de toutes les filles et tous les fils de la République démocratique du Congo, au-delà de leur tendance politique, religieuse, culturelle ou sociale. Cette consécration de soi-même, à l’en croire, se conjugue avec la devise qu’il porte comme Evêque depuis sa nomination à l’Archidiocèse de Kinshasa : « Omnia omnibus « ,  » Tout pour tous ».

La réalisation de ce projet, on l’aura remarqué, revient à relever un certain nombre de défis, non exhaustifs, qui se dégagent de la contemplation de notre monde aujourd’hui et de la société congolaise en particulier. Il s’agit, pour le Cardinal Ambongo, d’œuvrer pour la responsabilité collective afin d’assurer un avenir radieux en République démocratique du Congo. A cela s’ajoute le rapprochement des cœurs, en offrant le pardon et en ouvrant les portes de la réconciliation à tous. Pour le cardinal Ambongo, il s’agit, en point d’orgue, de valoriser la dignité humaine en travaillant en même temps pour le rayonnement de l’Evangile dans toute la société.  

« Ma nomination ne change pas la nature de ma mission »

Répondant aux questions de la presse, L’archevêque de Kinshasa a souligné, à grand trait, que sa nomination ne changeait en rien la nature de la dimension prophétique liée à sa mission. Il a notamment tenu à clarifier la position de l’Église sur la gratuité de l’enseignement, précisant que l’Eglise soutient, de tous ses vœux, l’application de cette mesure, à condition qu’elle ne fragilise pas le système éducatif du pays.